La Plus Grande Dégustation De Champagne De Tous Les Temps

Publié le par AlexT

La verticale magique de Perrier-Jouët : Le 5 mars dernier a eu lieu une dégustation exceptionnelle des plus grands millésimes de 1825 à 2002.

Perrier –Jouët n’avait jusqu’à maintenant que 3 bouteilles de son millésime de 1825. Inscrit au Guinness des Records comme « le plus vieux champagne du monde », il s’en est suivi une verticale de 19 millésimes :  1846, 1858, 1874, 1892, 1906, 1911, 1928, 1952, 1955, 1959, 1964, 1971, 1975, 1976, 1982, 1985, 1995, 1996 et 2002.

A noter, que seule la bouteille de 1892 était bouchonnée.

Seule une poignée de convives ont pu partager ce moment inoubliable. En effet,  un jury de 12 des plus grands dégustateurs du monde avaient été sélectionné avec soin: 3 britanniques (la Grande-Bretagne étant le marché traditionnel de Perier-Jouët), 2 japonais, un chinois, un américain, un suédois, un finlandais, un italien et pour finir 2 français.

Je vous livre quelques notes de Bernard Burtschy, l’un des invités, sur la bouteille de 1825 :

1825 : « La bouteille la plus vieille du monde. Il en restait 3, il n’y en a plus que 2 aujourd’hui. Le millésime fût moyen en quantité. La robe est de teinte paille, tirant vers le doré. Le nez est intense, évoquant le champignon, mais aussi le miel de bruyère. Il s’affine à l’aération et révèle alors une matière incroyable, avec des notes de pain d’épice et de citron confit. En bouche, l’attaque est dense avec beaucoup de matière ; C’est droit, très bien défini, proche d’un grand Château-Chalon, avec la même acidité… On s’étonne d’une concentration impressionnante. Splendide finale sur une eau-de-vie de mirabelle avec des nuances florales. »

Enfin, ses conclusions ont été : « Les champagnes ont une pureté et une tenue au vieillissement incroyables, avec des sommets absolus comme le 1911. Les 1959, 1906, 1928, 1952 mais aussi 1996 sont également des splendeurs ».

Si les notes de Bernard Burtschy vous intéressent pour un millésime en particulier, je les mettrai alors en commentaire dans un prochain article.

 

Commenter cet article