Primeurs 2008 en forte baisse: Quelques bonnes affaires semble-t-il!

Publié le par AlexT

Le vin est toujours dans les chais mais il fait déjà parler de lui: En effet, les négociants de la place de Bordeaux n'ont pas perdu de temps. La campagne des primeurs n'avait jamais débuté aussi tôt. Ils souhaitent tous voir les plus grands crus de la régions se négocier ces derniers jours, c'est à dire avant la fin du mois d'avril.
 
Le marché nous réserverait, semble-t-il, de belles affaires: Le prix des primeurs des grands vins sont à la baisse en comparaison aux années antérieures. On les classera en trois catégories:
Les premiers affichent clairement une baisse de 50%, comme Mouton Rothschild; Les seconds entre 30 et 50% comme Margaux, Latour ou Angelus; Enfin les troisièmes, sont revenus à des prix comparables au millésime 2004 comme Pichon Lalande, Gruaud Larose ou encore Haut Marbuzet.
 
Voici quelques exemples:
 
- Château Angelus 2008 à 70 € HT (contre 115 € HT en 2007)
Château Latour 2008 à 140 € HT (contre 270 € HT en 2007)
Château Léoville Barton 2008 à 29,00 € HT (contre 43,00 € HT en 2007)
Château Haut-Marbuzet 2008 à 22,00 € HT (contre 25,00 € HT en 2007)
Château La Lagune 2008 à 29,40 € HT (contre 34,50 € HT en 2007)
Château Giscours 2008 à 24,80 € HT (contre 30,40 € HT en 2007)
Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande 2008 à 46 € HT (contre 68 € HT en 2007)
Château Lynch Bages 2008 à 35 € HT (contre 44 € HT en 2007)
Château Léoville Poyferré 2008 à 29,00 € HT (contre 41 € HT en 2007)
 
Pourquoi une telle baisse?: La raison appartient en partie     à la crise économique actuelle mais aussi du fait de la volonté des importateurs et des opérateurs du marché. Ces derniers n'arrivent pas pour la plupart à honorer leur commande de 2007. Il est donc facile à comprendre que ces négociants manqueront cruellement de trésorerie et surtout de financements (de la part des banques) pour relancer le marché 2008.
Face à cette récession, les maisons des vins n'ont pas d'autres solutions que de proposer des prix de sortie diminués.
 
A suivre de près...

 

Commenter cet article